-"Voilà ", commença le professeur du haut de son estrade (Il détestait cette salle de cours réservée plutôt aux sciences avec un bureau perché au dessus des tables avec des carreaux en faiences, une salle qui n'inspirait pas la réflexion, une salle qu'il occupait en plus chaque vendredi de 15h à 17h avec ses étudiants) "voilà donc le texte d'aujourd'hui".
Il proposa comme à chaque fois une lecture commune à haute voix. C'est la fameuse petite brune qu'il n'osait regarder droit dans les yeux tellement justement, il la trouvait fameuse qui déclina sa proposition. En l'écoutant, il sentit que de cette lecture, déjà, ces élèves pouvaient trouver un sens. Il laissa un silence, un silence de digestion...digérer mes petits...digérer ce texte....digérer la lecture de la fameuse petite brune...
Quand il sentit son auditoire en attente, il reprit la parole : "vous avez une heure, une heure pour trouver une suite, une direction, une fin à ce texte....à vous!" La salle se fit muette, muette d'un silence à vous coller un fou rire immédiat......il se retourna vivement vers le tableau pour cacher son visage.
Ce texte, il l'avait écrit lui même. ce n'était pas dans ses habitudes...mais il était plutôt satisfait de lui.....c'est la petite brune, en plus qui avait fait la lecture à voix haute..il avait envie de s'en frotter les mains......
Les étudiants s'étaient mis à plancher. Il allait avoir encore de tout, de tout et de rien....Il savait pourtant lui de quoi il retournait , puisqu'il en était l'auteur. Il pensa qu'il serait plus sévère cette fois. Il s'attendait à toutes les banalités du genre : Lina et Antoine se rencontrèrent ce soir là devant la vitrine du boulanger et au pire devant les besoins du chien de Madame Beltran et leurs vies furent transformées.......Il y aura la psy de service qui reniflera l'impasse de ces deux vies, le doute et la non existence......Il y aura celle qui pense qu'on avance seule dans sa vie et qu'on n'a aucune raison de faire se rencontrer un Antoine et une Lina, .....Il y aura la description d'un crime à la Fred Vargas entre deux êtres , une pauvre fille pleine de rêves, un sale bonhomme, aigri de déménagements et de vieille secrétaire....Il y  aura les affaires de famille : Antoine doit annoncer à sa fille Lina qu'il s'est remarié avec une fille de son âge à elle avec qui il a des jumelles de 6 mois......ou bien Lina qui vient reprocher à son père de lui avoir légué le nom de Miel............... Il y a aura la plume qui dira : ça m'inspire pas, point.
Il y aura quoi encore? D'avance, il ne leur en veut pas.....décidément cette salle.......il ne l'aime pas...C'est un véritable défi que de se concentrer ici sur une histoire à pousuivre....