« Mesdames et messieurs bonsoir, je reçois aujourd’hui Hervé Spazienne qui, après les 5 années de désert qui ont suivi la sortie de son très controversé « Pamphlet pour une saucisse de Toulouse », nous revient avec un nouveau roman intitulé « La paire de Mers ».

 

Bonsoir Hervé ; alors cette longue traversée du désert, était-ce volontaire après le succès mitigé de votre précédent ouvrage ou n’était-ce qu’un coup de semonce de votre éditeur ? »

 

- Tout d’abord bonsoir aux auditeurs qui auront notés la délicatesse avec laquelle vous m’avez présenté.

 

« Pardonnez moi, Hervé, je ne voulais pas être blessant ; mais avouez que votre précédent ouvrage vous a sans doute fait perdre quelques lecteurs non ? »

 

- Sachez, Marc O, que mes lecteurs me soutiennent depuis ces nombreuses années où vous-même n’étiez encore que sur un banc  d’école à apprendre comment assembler deux trois syllabes.

 

« Bien, et donc ? Pendant cette lente croisière en solitaire, vous avez tout de même réussi à produire ce pavé de quelques 500 pages qui risque de plaire plutôt aux haltérophiles…N’avez-vous pas peur que les lecteurs n’arrivent jamais au bout de ce roman ?

 

- Dites vous bien que pour ne pas noyer mes lecteurs avec ce pavé, comme vous dites, j’ai procédé par étapes, prenant parfois à contrepieds mes personnages principaux afin de maintenir un suspense constant…Et cela, jeune homme, ne souffre aucun hasard ; tout doit être planifié et pour cela il faut du temps.

 

« C’est clair que c’est très Sex, Drugs and Rock’n’Roll, avec des personnages tout droit sortis des seventies ; un petit parfum de nostalgie ? »

 

- Evidemment, aujourd’hui, ce serait plutôt Rap, Bling Bling et belles meufs comme on dit ; mais permettez à mon âge avancé de se souvenir des moments qui lui ont parus les plus appropriés pour le déroulement de l’histoire de « La paire de mers » et laissez à la jeunesse d’aujourd’hui le soin de s’exprimer comme elle-même l’entend.

 

« Soit ! Alors racontez nous en un peu plus sur cette histoire ; un polar ? Un livre d’amour ? Un documentaire ? J’ai eu l’impression de retrouver certaines références à des évènements historiques disséminées ça et là… »

 

- Je constate que malgré votre penchant à vouloir à toutes fins jouer de piques de langages envers vos invités, vous avez tout de même une éducation qui vous permet de trouver les ingrédients qui constituent un roman ; c’est tout à votre honneur, jeune homme.

 

« Euh…oui …merci Hervé…en fait je me pose les questions que vos potentiels lecteurs se poseraient au moment de l’achat de votre roman ; on n’achète pas un pavé de 500 pages comme on achète un kleenex »

 

- Marc O, sachez que si vous aviez été mon fils, nul doute que c’est avec ce pavé que je vous aurais mouché, et non pas avec un kleenex. Que voulez vous, que je vous dise que ce roman n’est pas à vendre ? j’ai mis 5 longues années à le rédiger, et pendant ces 5 ans, vous n’en étiez qu’aux essais devant les caméras ; aussi, jeune homme, laissez donc au spectateurs le choix de se retrouver dans cette histoire qui mêle amour et policier et contentez vous des édito des hebdomadaires…

 

« Mesdames et messieurs, c’est sur ces saines paroles que nous allons accueillir notre prochain invité, l’Abbé Cédaire, pour son parcours hors du commun. Nous souhaitons à Hervé Spazienne de connaître bien plus de succès avec « La Paire de Mers » qu’avec « Pamphlet pour une saucisse de Toulouse en espérant le compter parmi nos invités dès que son actualité le permettra.

 

En attendant nous allons laisser passer une courte page de pub et nous nous retrouvons avec l’Abbé Cédaire…Ne zappez pas et à tout de suite.