Sait-on jamais aventure pareille

A celle qui m’advint chez le crémier ?

J’étais là, devant l’étal, coutumier

De la file d’attente, prêtant l’oreille

Aux charmes vantés d’un chèvre fermier.

A petits pas, un vieillard anémié

S’approche. On dirait qu’il me surveille.

L’ai-je déjà quelque part, contrarié ?

Sait-on jamais ?

Sans prévenir, il avance, il s’éveille

Et maniant sa canne comme un levier

Il m’assène un coup, non pas sur l’oreille

Mais droit dans le tibia. La pauvre vieille

 Chose a filé sans que je lui conseille !

Sait –on jamais ?

Aventure authentique : le pauvre pépé( un peu sénile quand même) avait été précédemment heurté par un chariot, heurt qui lui avait coûté une fracture du fémur. Depuis, dans les files d’attente, quand il estimait être trop proche de quelqu’un, il se « défendait » à coup de canne ; j’étais le 3ème agressée de la matinée !