A vingt trois heures,  le petit maitre d’œuvre, au teint rouge écarlate, décide de commencer le chantier.

- Allons-y, les gars, tous à vos postes, ce soir, nous allons nous mettre au vert !

Le jardinier responsable des pelouses bien vertes, surpris d’avoir entendu son nom, relève la tête. Son collègue aux cheveux bruns, celui qui s’occupe de la terre et des pierres, le suit et tous deux se dirigent vers leur poste de travail.

-  Et, moi, et moi ? demande le peintre décorateur aux yeux bleu clair, que vais-je faire à cette heure ? C’est pas en pleine nuit que je vais pouvoir colorier un ciel bleu azur ?

- Mets des lunettes roses, lui dit le chef ! Tu peindras les volets de la maison en mistral, c’est joli aussi, ça ! Ton frangin, celui qu’était dans la marine, peindra le ciel en foncé!

- Oh, des lunettes roses, ça, j’sais faire, sourit la petite opticienne en tailleur fuchsia.

- Allez, les gars, mangez des oranges ! On a pas toute la nuit pour réaliser le projet, faut profiter qu’il fasse noir pour éviter qu’on soit vus, reprends le maitre d’œuvre.

- Quoi, manger des oranges ? Ne me mangez pas, je vous préviens, clame une ouvrière bien ronde vêtue de couleurs vivres. Mangez plutôt mon voisin, il fait pas net sur lui, le marronné ! 

- Bon, bon, vous disputez pas, ordonne le chef, le rouge aux joues. Tous les deux, vous ferez la façade de la maison, couleur terre, et puis le coucher de soleil un peu orangé. L’électricien, pour une fois, fera la lumière jaune des réverbères  et puis les étoiles dorées!

- Ah, non, s’exclame le petit artisan à la peau jaune. Et pourquoi on ne ferait pas un soleil jaune citron ? Ces fauves me piquent toujours mon travail !

- Parce qu’à cette heure, il fait nuit noire , lui réplique le maitre d’œuvre, rouge de colère.

- Il a raison, le jaune, clame le pépiniériste en cote vert clair. A moi aussi, il me faut du soleil, pour les tiges des fleurs, et puis les feuilles des arbres ! C’est pas un maudit réverbère aussi jaune soit-il qui va faire ressortir mes plantes !

- Et moi, rajoute la fleuriste aux cheveux violets, ils vont fleurir comment, mes bleuets ? Et toutes mes fleurs violettes, sans soleil ?

- Vous avez raison, soupire le chef, rouge de confusion, je me range à l’avis de la majorité. Ne nous occupons pas de la nuit,  il y fait bien trop sombre, ici , mettons-y des couleurs gaies pour chasser nos idées noires.

A six heures, le lendemain, le chantier multicolore est terminé.

Sur la page blanche, le chantier achevé… une charmante maison de briques rouges, entouré d’un joli jardin très vert et très fleuri. Un soleil étincelant qui porte des lunettes roses . Un ciel bleu azur

Pas peu fiers, tous les travailleurs au noir ont regagné leur boite à crayons.

Tous, sauf un : celui qui a été chassé pour ces idées noires.

d_fis