Yvette, mon seul amour, mon cœur, ma vie …

Une multitude de questions  tourbillonnent  dans ma tête depuis  la lecture du post-it que j’ai trouvé, posé tel un petit papillon, ornant ton côté du lit encore tiédi par ton corps si doux.

Où aller sans toi, que faire sans toi, comment vivre sans toi, ne me quitte pas ma Vyvette, non  ne me quitte pas !

Isabelle, Maria, Martine, pas même  la  nana du 4e ne peuvent combler le vide que tu sembles vouloir creuser dans ma vie.

Et comment pourrais-je être privé de ton cheese-cake dominical parfumé comme ta peau, tendre et moelleux comme tes ….Yvette, reviens !

Alfred, ton Alfred.