Si un jour je me levais en oubliant qui je suis, j’inventerais ma vie.

J’aurais parcouru les terres armé d’un bâton et mes sens, parlerais vingts dialectes assit en croix sur les sofas des rois, en Chine, en Souabe, aux lèvres d’un diamant conquit sur les sommets d’Afrique.

Mon équipage et moi sur nos bateaux en Caraïbes serions devenus riches d’un trésors enterré, adulés, aimés des femmes et des joies.

J’aurais conquit la lune il y a peu, et salué le monde suspendu à ma voix.

On auraient crains mes chars et les bombes que j’aurais inventées - parti d’une pomme tombée j’aurais expliqué les planètes et les forces.

Et les foules en masse à chacune de mes scènes et devant l’Olympia.

Et on criera mon nom.

J’aurais écrit des livres comme des fleuves, décrit les arts et l’histoire, aimé des papes et des rois.

Ce matin là je serais vibrant, brillant, fou, géant, intraitable, aimant, immense et infernal.

Puis verrais ton visage

Emmitouflé de draps

La douceur de ton corps

Et puis un cheveux d’or

Et le souffle à tes lèvres

Rappellerait ta voix

Et tout me reviendra

Et je serai heureux